Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Du dialogue à la fraternité

Conférence à deux voix avec Hamza Gharbi, membre de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix et Mgr François Garnier, archevêque du Diocèse de Cambrai.

le Jeudi 20 novembre 2014

Dans le cadre de la semaine annuelle de rencontres des groupes d’amitié islamo-chrétiens, le jeudi 20 novembre 2014, le groupe interreligieux de Valenciennes a proposé une conférence à deux voix avec Hamza Gharbi, lillois, membre de la Conférence Mondiale des Religions pour la Paix et Mgr François Garnier, archevêque du Diocèse de Cambrai.

Organisée à la salle des fêtes de la mairie de Marly, gracieusement mise à disposition par la commune de Marly, les participants ont été chaleureusement accueillis par Mme Marie-Thérèse Hourez, 1ère adjointe.

Philippe Coursier, journaliste du journal La Croix du Nord, a donné successivement la parole aux deux conférenciers puis a animé un temps de questions-réponses.

 

 

Quelques bribes non exhaustives, des riches propos de chacun.

 

Chaque jour, les médias font douter d’une possibilité de dialogue, d’une fraternité avec les musulmans ; Mgr Garnier a rappelé ses expériences de fraternité réelles vécues en Syrie où, jeune coopérant, il a enseigné deux  ans, et en Algérie à l’occasion de deux missions  de vaccination et d’alphabétisation.

Dans le difficile contexte international actuel, il a évoqué la déclaration commune des associations des musulmans de France condamnant les violences perpétrées au nom de l’Islam, violences dont des musulmans sont aussi des victimes.

Il a rappelé le temps qu’il a fallu à l’Eglise pour dépasser son histoire, pour comprendre qu’il n’y a pas de danger à questionner ses sources de façon critique, pour accepter la séparation de l’Eglise et de l’état, pour reconnaître la liberté religieuse, pour que les femmes trouvent leur juste place dans l’Eglise.

Pour Mgr Garnier, même s’il est difficile de comprendre le cœur du cœur de notre foi, l’Islam est pour les chrétiens, une chance de préciser leur foi sur deux points :
- Nous croyons que toute la beauté de Dieu passe par son Fils qui est passé par la Croix,
- Dieu se met en Trois pour venir nous chercher, pour chercher la brebis perdue.

En évoquant le texte du concile Vatican II sur la liberté religieuse, Mgr Garnier  a signalé qu’il ne renoncerait jamais à proclamer et proposer que Jésus est son unique Seigneur qui a donné sa vie, mais qu’il renoncerai toujours à l’imposer.

Il a conclu par un appel pour que diminue les tensions et les conflits et que progresse le bien commun ; il a appelé à travailler ensemble pour construire un monde de paix.

 

M. Hamza Gharbi, a évoqué son expérience d’aumônier des hôpitaux de Lille pour dire son expérience des humains, expérience qui lui a montré que si on ne choisit pas d’être humain, il faut de l’énergie pour le demeurer. De par son expérience, il appelle à être des marchands d’espérance.

Nous devons travailler à l’ouverture de notre cœur, mais il faut une source pour se relever des chutes, pour pouvoir faire plus d’efforts. Il faut trouver les mots pour cicatriser les maux et rechercher la croissance dans le croire au sens.

Docteur en sciences physiques, M. Gharbi nous rappelle qu’il ne faut pas opposer religion et sciences.  Nos appétits boulimiques cassent les équilibres, mais la fraternité nécessite une prise de conscience qu’il faut faire un usage modéré de la puissance. Il faut ouvrir des horizons pour que la terre ne devienne pas la pire des prisons.

La prière va nous éloigner de la turpitude et du blâmable. Dans toute religion, il y a deux dimensions : horizontale et verticale. Si on reste à la dimension horizontale, on ne sort pas de ses problèmes. Si on reste à la dimension verticale, on passe à côté de la réalité : et citant Montesquieu : « pour faire de grandes choses, il faut être au milieu des gens ». La prière est un programme d’humanisation. Par la prière, les croyants communiquent avec l’imperceptible.

L’objectif de la sharia est la protection et le respect de la personne humaine, de la conscience, de la liberté, de la propriété, de l’honneur, de la liberté d’expression.

Il a conclu par un souhait d’autres rencontres comme celle de ce soir, d’explications des mots qui font peur.

 

 

Pour conclure la soirée, MM Marc Dufresne et Abdelaziz Cherraf, responsables du groupe interreligieux de Valenciennes et organisateurs de la veillée ont remercié les intervenants et le public nombreux, et ont invité chacun au pot de l’amitié.

 

Article publié par Service com • Publié Mardi 25 novembre 2014 • 1632 visites

Actualités de l'Eglise

« Pour que vive le livre » déclaration de Mgr Bernard Ginoux
À L’OCCASION DU SALON DU LIVRE 2017, DÉCLARATION DE L’INSTANCE LIVRE Tandis que s’ouvre le...

Plus d’audience pour les acteurs de l’Église en périphérie
En pleine campagne électorale, grâce aux équipes de Pèlerin et du réseau RCF, Radio...

Le Synode 2018 sur les jeunes et la foi est lancé
Mgr Denis MOUTEL, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier et le P. Joao CHAGAS, responsable de la...

RDC, le témoignage alarmant de Mgr Muyengo
Mgr Sébastien Muyengo, évêque d’Uvira (République Démocratique du Congo). Evêque...

« Petit pays » de Gaël Faye (éd.Grasset), Prix Goncourt des Lycéens 2016
Fiche de l’Observatoire Foi et Culture (OFC 2017, n° 13) sur le premier roman du musicien...

Haut de page